L'histoire des ducs de Lorraine

Histoire Lorraine

À la fin du Xème siècle, la Lorraine était appelée Lotharingie, elle fût parcourue par Charles le Téméraire qui mourut devant Nancy ou encore par Catherine de Médicis au XVIème siècle.

L’histoire des ducs de Lorraine  Le territoire de la Lorraine s’est constitué à l’issue de plusieurs partages

En 843, par letraité de Verdun, les fils de Louis le Pieux se partagèrent l’Empire Carolingien. Le territoire de la future Lorraine revint à Lothaire 1er. À partir de 901, la Lotharingie fut confiée par le roi de Germanie puis l’empereur à des ducs, mais l’importance de ce duché, qui était une frontière face au royaume de France, ainsi que les fréquentes révoltes des ducs de Lotharingie, conduisirent en 959 Brunon de Cologne, duc de Lotharingie, et son frère l’empereur Otton 1er, à diviser la Lotharingie en deux : la Basse-Lotharingie, correspondant globalement à l’actuel Benelux, et la Haute-Lotharingie, qui deviendra le duché de Lorraine.

La Haute-Lotharingie correspondait à toute la partie de la province de Trèves située sur la rive gauche du Rhin, c'est-à-dire aux diocèses de Metz, Toul, Verdun et à la portion la plus considérable de celui de Trèves ; elle comprenait en outre la petite portion du diocèse propre de Reims.

La Haute-Lotharingie

Le duc Brunon installa comme vice-duc de Haute-Lotharingie le comte de Bar Frédéric, de la maison d'Ardennes. Ce dernier prit le titre de duc de Haute-Lotharingie en 977, et la charge se transmit à ses descendants, jusqu'à Frédéric III, qui mourut en 1033. Le duché fut alors confié à un cousin, Gothelon Ier, qui était déjà duc de Basse-Lotharingie. À sa mort en 1044, son fils Godefroy II le Barbu lui succéda en Haute-Lotharingie, mais la Basse-Lotharingie ne lui fut pas attribuée4. Irrité, il se révolta en 1046, mais fut vaincu, et la Haute-Lotharingie lui fut reprise. L'empereur Henri III nomma alors le comte de Metz, Adalbert d'Alsace, à la tête du duché de Haute-Lotharingie, dénommé depuis duché de Lorraine. Adalbert est alors considéré comme le premier duc de Lorraine.

Les différents troubles qui agitèrent le duché pendant cette période firent que certains seigneurs lorrains se révoltèrent et se rendirent plus ou moins indépendants :

Les 3 évêchés de Metz, Toul et Verdun, dont les évêques prirent le titre de comtes de ces villes et princes du Saint-Empire, le comté de Bar, dirigé par des descendants de Frédéric III en lignée féminine, et qui revendiqueront le duché, le comté de Vaudémont, attribué à un cadet de la famille d’Alsace puis à des cadets de la maison de Lorraine, les comtés de Salm, Blieskastel, Deux-Ponts, Sarrebruck et Sarrewerden.

Ces différents territoires formèrent des enclaves dans le duché de Lorraine ; ils échappaient à l’autorité du duc et connurent leur propre histoire.

Entre France et Autriche

Le duc Léopold Ier de Lorraine et de Bar qui arrive à Nancy en 1697 est un jeune homme de 18 ans dont les États patrimoniaux sont exsangues et la marge de manœuvre étroite. Filleul et neveu de l'empereur, il épouse quelques mois plus tard la nièce du roi de France. Néanmoins, le déclenchement de la guerre de Succession d'Espagne entraîne une nouvelle occupation (pacifique cette fois) des duchés par les troupes françaises ; Léopold et sa cour quittent Nancy pour s'établir au « Versailles lorrain », le château de Lunéville. Avec la mort de Louis XIV et la Régence, les relations entre la Lorraine et la France se détendent : le régent est le frère de la duchesse et un traité de rectification de frontières favorable à la Lorraine est signé en 1718. Nonobstant, en 1720, la tentative de création d'un évêché lorrain étant sur le point d'aboutir puisque la pape y consent, l'opposition française fait échouer le projet et les relations franco-lorraines en pâtissent. Le mariage de Louis XV avec une princesse polonaise en exil et sans fortune plutôt qu'avec une de ses cousines lorraines exaspérera la rancœur de Lunéville envers Versailles.

Déjà en 1723, le prince François héritier du trône avait été envoyé terminer son éducation à Vienne, le duc et la duchesse espérant marier le futur duc de Lorraine à l'héritière de l'empereur. En effet, si les ducs de Lorraine, depuis Charles V, se sont rapprochés des Habsbourg d'Autriche ; un mariage autrichien va pourtant les amener à céder la Lorraine à la France.

Annexion par la France

Le roi Stanislas créant le marquis de La Galaizière chancelier de Lorraine au château de Meudon le 18 janvier 1737.

En 1736, le fils de Léopold devenu François III, épouse l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche, héritière des Habsbourg. Par ce mariage, il peut devenir empereur, et apporter ainsi ses duchés aux Habsbourg, les protégeant à jamais des convoitises françaises. Or, l'Alsace et la Franche-Comté ont été progressivement annexées au royaume de France au cours du règne de Louis XIV. Dans cette situation, la Lorraine et le Barrois sont quasiment une enclave étrangère dans le territoire français : Louis XV et le Cardinal de Fleury refusent de les voir passer totalement entre les mains d'une grande puissance étrangère, qui plus est l'Empire, son ennemi héréditaire. Louis XV et l'empereur Charles VI concluent alors un accord qui s'articule avec les dispositions du traité de Vienne (1738), en vertu de quoi François abandonne la Lorraine à la France pour la Toscane dont le grand-duc se meurt sans héritier ; en compensation, la France accepte la Pragmatique Sanction de l'Empereur qui fait de Marie-Thérèse son héritière (conjointement avec son futur époux, François).

Les Lorrains sont pourtant fidèlement attachés à leur maison souveraine. Afin de ménager les susceptibilités, de ne plus subir la gêne d'être le gendre d'un prince proscrit, de faire plaisir à sa femme et de donner un état stable et lucratif à ce beau-père qu'il méprise, Louis XV n'annexe pas immédiatement les duchés à la France : il les remet, à titre viager, à son beau-père l'ex-roi de Pologne Stanislas Leszczyński, qui en est à partir de 1737 le dernier duc souverain. En contrepartie, Stanislas accepte la nomination par son gendre d'un chancelier qui exercera la réalité du pouvoir et préparera l'annexion proprement dite des duchés. Le pouvoir militaire est confié au duc de Belle-Isle déjà titulaire de la charge pour les Trois-Évêchés.

À la duchesse douairière de Lorraine est laissée la minuscule principauté souveraine de Commercy recréée pour l'occasion.

À la mort de Stanislas en 1766, la Lorraine et le Barrois sont définitivement annexés à la France et réorganisés. L'histoire de la Lorraine devient alors celle d'une province française.

Petit Rappel :

Premier duc

959 – 978

Frédéric 1er

Dernier duc

1737 – 1766

Stanislas 1er

Histoire et événements :

959

Fondation du Duché

1477

Bataille de Nancy, maintien de la souveraineté ducale

1542

Le duché de Lorraine devient indépendant du St. Empire

Juin 1751

Réorganisation territoriale

1766

Rattachement à la France

Nos produits recommandés !